Le couple : espace de souffrance ou d’épanouissement ?

Par Frédérique TRONSONPublié le 7 février 20180

L’aventure du couple n’est pas chose aisée. On s’y engage avec fougue et espoir et au final, beaucoup de défis attendent chacun au tournant. La relation sentimentale est l’espace des projections inconscientes par excellence, celles de nos blessures avec papa et maman, celles de nos conditionnements familiaux et socio-culturels sur ce que sont l’amour, l’engagement, la vie à deux, la vie de famille quand les enfants arrivent… Autant d’images d’Épinal que la réalité va mettre à mal.

coule riant

J’accompagne dans mon cabinet de psychothérapie beaucoup de couples en souffrance, en crise, perdus quant à leur devenir. Parfois, je reçois l’épouse seule qui me dit : « C’est mon mari qui m’envoie. Il veut que je règle tel problème pour que nous allions mieux. Il est d’accord pour la thérapie de couple. » Formidable ! Mais il n’est pas là !!!

Les contrats relationnels du couple

Quand un homme et une femme se rencontrent et se choisissent, ils établissent un contrat tacite qui donnera le ton de leur dynamique relationnelle future. Il y a, par exemple, le schéma de la femme-enfant manquant de confiance en elle, qui tombe sous l’envoûtement de l’homme mature protecteur qui incarne l’image paternelle. Elle aime être prise sous son aile. Il est séduit par sa candeur et sa fragilité. Elle l’admire et accepte sa vison des choses. Il aime être admiré et contrôler la relation. Tout se passe merveilleusement bien aussi longtemps que madame est docile. Et puis un jour, la force de vie habitant madame va chercher à éclore. Elle commence alors à contester certaines idées de son mari et affiche une assertivité toute nouvelle. Elle se sent étouffée par ce qu’elle vivait jadis comme une protection rassurante. Il souffre d’être déchu de son piédestal et renforce ses stratégies de contrôle. La disqualification des récentes initiatives de madame pourrait la ramener dans le droit chemin. Mais madame n’accepte plus d’être traitée comme une enfant. Monsieur lui dit qu’elle a changé. Et pas en bien ! Madame lui dit qu’elle n’en peut plus et qu’elle a besoin d’air. Le contrat relationnel de départ arrive à péremption… La crise s’invite et bouscule chacun comme une exhortation à grandir.

Il y a les couples « doudous ». Ils sont mignons, ils parlent bien ensemble, ils s’écoutent, ils regardent des séries en mangeant des pizzas sur le canapé, ils font toutes leurs activités ensemble. Ils portent encore leur visage d’adolescents. Le dimanche, ils vont déjeuner chez les parents de l’un ou les parents de l’autre. La sexualité n’est pas une priorité. D’ailleurs, il n’y a pas de désir. Ils sont frère/sœur. La présence de l’autre est rassurante. Ils ont quitté le domicile parental pour s’installer l’un avec l’autre dans leur premier appartement. Ils ont fait le saut dans le grand monde des adultes ensemble. Ils ont tous les deux une terreur de la solitude. Ils ne savent plus s’ils s’aiment vraiment mais n’envisagent pas leur vie sans l’autre. Chacun est le doudou de l’autre. La recherche de sécurité est le moteur du contrat relationnel. La crise arrive à pas feutrés dans ces couples-là. On s’y ennuie. On se demande si c’est normal de ne pas avoir de désir. On veut faire un enfant, mais la sexualité étant inexistante ou dysfonctionnelle, il faut consulter.

couple se donnant mutuellement à manger - Momentum
homme se prend s tête dans ses mains - Momentum

Il y a les couples « thérapeutiques ». Elle le rencontre alors qu’il vient de perdre son emploi et qu’il a dû retourner vivre chez maman. Il va mal. Elle est touchée par sa fragilité. Elle a envie de l’aider. Elle le rassure et le materne. Il aime qu’on prenne soin de lui, il se sent important. Elle a le sentiment que celui-là, il ne la fera pas souffrir : il a tellement besoin d’elle. Il emménage chez elle. Il prend tout ce qu’elle peut donner puisqu’elle donne sans compter. Elle s’épuise, mais après tout, on fait tout ça quand on aime. Il aime être le centre de son monde. Et même s’il a retrouvé un emploi et que la situation économique s’est équilibrée, il attend toujours d’elle qu’elle le comprenne et s’adapte à ses humeurs. La crise éclate à l’arrivée de bébé. Elle est accaparée par ce petit être si dépendant. Il se sent exclu et supporte difficilement ce rival. Il se plaint, boude et râle. Elle en fait toujours plus et s’éreinte dans sa quête pour satisfaire tout le monde. Il la regarde donner des baisers à l’enfant. Il se sent délaissé et commence à regarder ailleurs…

La crise, par son irruption chaotique, amène l’opportunité de grandir, de naître à un autre Soi, un Soi plus mature, plus autonome, plus responsable et in fine, plus libre.

Tous ces schémas sont dysfonctionnels à leur façon. Les souffrances qu’ils vont engendrer au sein de la relation atteindront un jour un paroxysme qu’on appellera « la crise ». Ce mot, en chinois, est composé de deux caractères : l’un signifie « chaos » et l’autre « opportunité ». La crise, par son irruption chaotique, amène l’opportunité de grandir, de naître à un autre Soi, un Soi plus mature, plus autonome, plus responsable et in fine, plus libre.

couple dans un lit tirant la tête - Momentum

Les ingrédients indispensables

à la création d’une relation saine

Outre l’amour, le désir, la confiance, une relation -à mon sens- a besoin de trois ingrédients particuliers pour être saine et au service de l’épanouissement de chacun. Le premier de ces ingrédients est la responsabilité. Il s’agit pour chacun d’assumer pleinement la responsabilité de son bonheur. L’autre n’a pas la charge de ME rendre heureux/se. C’est MON job ! C’est de ma responsabilité d’identifier mes désirs, mes rêves, mes valeurs et ce qui fait sens pour moi, et de me mettre en chemin pour y répondre. C’est à moi qu’incombe la responsabilité de rendre ma vie palpitante et pleine de sens. Et je fais le cadeau à l’autre, au sein de la relation, de ma joie et de mon rayonnement positif. Il m’arrive souvent de dire au membre du couple qui interroge son sentiment amoureux vis-à-vis de son partenaire et qui questionne l’avenir du couple tout en se plaignant de s’ennuyer dans la relation : « Mais ce n’est pas avec votre partenaire que vous vous ennuyez, c’est avec vous-même ! Vous vous faites chier dans votre vie tout court !!! ». Nous sommes conditionnés depuis l’enfance à penser que si nous rencontrons la bonne personne, alors nous serons heureux pour toujours. Cela n’est vrai que si, et seulement si, nous comprenons que la fameuse « bonne personne » à rencontrer, c’est nous ! Si je me rencontre dans le mystère des désirs que je porte, et que je prends la responsabilité de leur donner corps, alors je saurai me rendre heureux/se toujours. Être responsable concerne aussi la capacité à dire non, à se positionner, à établir ses limites, à sortir de la suradaptation aux désirs et attentes de l’autre, à formuler des demandes explicites. La responsabilité va de pair avec l’alignement à soi. Elle inclut également l’engagement à aller guérir ses blessures et ses manques du passé afin d’en éviter la projection sur l’autre.

Le deuxième ingrédient nécessaire à la création d’une relation fonctionnelle est la bienveillance. Je veux mon propre bien, et je veux le bien de l’autre également. L’un ne prévaut pas sur l’autre. Je ne peux être gagnant si l’autre est perdant. Et je ne parle pas ici de la notion de compromis. Il s’agit d’être vigilant à ne pas instrumentaliser l’autre ou la relation au service de son unique jouissance. Nous portons tous en nous la mémoire de la toute puissance infantile qui peut nous transformer en tyran relationnel, exigeant que l’autre se plie à nos attentes quels qu’en soient les sacrifices.
Le troisième ingrédient pour une relation de qualité est la coopération. Chacun s’engage et est partie prenante pour construire un espace relationnel porteur. Chacun fait preuve de bonne volonté pour faire le chemin vers l’autre. L’altérité n’est pas un obstacle mais une complémentarité. On s’écoute, on questionne, on cherche à comprendre, on fait de la place à la différence et on construit des ponts.

Le triangle dramatique

Ces trois composantes –responsabilité, bienveillance, coopération- sont des garde-fous aux fameux jeux de pouvoir qui s’immiscent, souvent à notre insu, dans nos relations. Le modèle qui décrypte le plus synthétiquement les jeux de pouvoir est le triangle dramatique de Karpman. Il met en évidence trois postures égotiques -victime, bourreau, sauveur- qui usent de stratégies spécifiques pour arriver à leurs fins. Les schémas relationnels donnés en exemple plus haut illustrent pleinement les jeux toxiques et les manipulations qui s’opèrent au sein du triangle dramatique.

Je vous donne rendez-vous prochainement dans une vidéo-concept « 5 minutes pour comprendre » afin d’en savoir plus sur les jeux de pouvoir relationnels et le triangle dramatique. D’ici là, soyez responsables de votre bonheur, bienveillants et coopératifs et votre couple ne s’en portera que mieux !