Mon ami Saturne :
faire du temps un allié

Par Olivier CLERCPublié le 14 novembre 20170

Depuis 20 ou 30 ans souffle sur l’Europe un courant de pensée venu des États-Unis qui voudrait nous convaincre qu’en matière de spiritualité et de développement personnel, on pourrait avoir « tout, tout de suite et sans effort » : l’ouverture des chakras en un week-end, l’illumination en une semaine, l’abondance cosmique en trois coups de cuillère à pot. J’exagère à peine.

enfants pieds nus allongés dans l'herbe - momentum

Je ne sais pas pour vous, mais moi, des gens qui ont obtenu de vraies réalisations en claquant des doigts, je n’en connais pas. Pourtant je fréquente ces milieux en France et à l’international depuis plus de 30 ans.
Ce que j’ai souvent rencontré, en revanche, ce sont des personnes ayant consacré 10, 15 ou 20 ans (parfois plus) à approfondir une voie, une tradition ou divers outils de développement personnel, et qui ont fini par réaliser une transformation profonde et durable de leur être, par atteindre une plus grande liberté intérieure et un véritable épanouissement.
C’est l’enfant qui veut tout, tout de suite : l’impatience est normale à cet âge, puisque le mental – qui nous permet de nous projeter dans le temps – n’a pas encore atteint son plein développement. Adulte, la sagesse consiste à faire du temps – Saturne, le vieillard Chronos – un allié, et non un ennemi. À savoir inscrire les choses dans la durée, précisément pour qu’elles durent, parce qu’elles auront des bases solides et stables. Ce que l’on crée en peu de temps n’en dure pas davantage.

femme asiatique assise devant un couché de soleil

Quand on pratique des arts martiaux – karaté, judo, etc. – on ne se contente pas d’un week-end ou d’une semaine, avant de s’estimer être un karatéka ou un judoka accompli. Avec un à deux entraînements par semaine, d’une heure trente au moins, on sait qu’il faudra quelques années pour décrocher une ceinture verte, et plus encore pour atteindre la fameuse ceinture noire et les divers “Dan” qui la suivent.
“Martiaux” vient de Mars, dieu de la guerre. Mais il existe aussi des arts vénusiens pour atteindre la maîtrise du cœur (comme l’amour, l’empathie, la gratitude, le pardon…), des arts mercuriels pour atteindre la maîtrise du mental, ou encore des arts neptuniens pour développer ses plus hautes facultés spirituelles. Il en va de même dans ces domaines que pour les arts martiaux : une pratique régulière, inscrite sur plusieurs années, fera un jour de nous des ceintures vertes d’empathie, des ceintures bleues de gratitude ou de pardon, des ceintures noires d’autodéfense intellectuelle, et peut-être des 3ème dan de méditation et de contemplation !

Consacrez à ces arts-là le même temps chaque semaine (ou chaque jour) qu’à l’apprentissage du karaté, du piano ou de la poterie, et vous acquerrez progressivement le même genre de maîtrise au bout de quelques années.

Le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui.
– Paul Morand –

Les sirènes nord-américaines du « tout, tout de suite » ne servent qu’à faire vendre des illusions, des trucs et artifices à l’efficacité superficielle et limitée, et, sous prétexte de faire gagner du temps, d’emprunter des raccourcis, font en réalité perdre des mois et des années à courir après des mirages sans lendemain.
Alors faites plutôt copain avec Saturne et vous trouverez en lui un ami certes exigeant, mais fiable et d’une fidélité à toute épreuve ! Vous ne regretterez pas.